Environnement : le pape François appelle à une journée mondiale de prière

 

Le 1er septembre était déjà la journée de protection de l’environnement. A partir de cette année, cette date marquera également la « Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création », grâce à l’initiative du pape François annoncée lundi dernier.


La journée de protection de l’environnement faisait déjà partie intégrante du calendrier chrétien orthodoxe, et en cela le pontife du Vatican souhaitait se rapprocher de cette obédience. Cette journée n’a cependant rien à voir avec la  journée mondiale de l’environnement des Nations unies du 5 juin.

 

Dans une lettre adressée à des cardinaux et diffusée par le Vatican, le pape écrit : « En tant que chrétiens, nous souhaitons offrir notre contribution à la résolution de la crise écologique à laquelle l’humanité est actuellement confrontée ». Cette journée de prière est une demande divine pour la sauvegarde de la création et un appel au pardon pour les péchés commis chaque jour dans le monde. De fait, le pape François renforce son engagement pour la cause environnementale, dans la continuité de son ouvrage « Laudato si » publié le 18 juin dernier.

 

« Laudato Si' » (Loué sois-tu), une encyclique de 187 pages sur l’écologie, se démarque des discours religieux, en faisant appel aux connaissances scientifiques actuelles sur le réchauffement climatique. Elle appelle les croyants du monde entier à entreprendre une « révolution verte », du prosélytisme écologique en quelque sorte.

 

Ce texte encourage également les gouvernements ainsi que leurs citoyens à prendre conscience de leur impact sur l’environnement. En effet, tout au long de son écrit, le pape place l’Homme comme principal responsable des dérèglements climatiques. Dénigrant la société de consommation et le gaspillage, il affirme qu’ « une certaine décroissance dans quelques parties du monde » pourrait permettre « une saine croissance en d’autres parties », et critique le monde de la finance.

 

Le pape François espère faire naître une conscience environnementale collective en s’adressant au 1,2 milliard de fidèles. Cette initiative pourrait avoir une influence non-négligeable sur la conférence sur le climat (COP21) qui se déroulera à Paris en décembre prochain.

 

Le pape s’empare d’un sujet politique qui dérange les milieux catholiques conservateurs et les sceptiques du réchauffement climatique. Cette prise de position pourrait avoir un impact particulièrement fort dans les pays d’Amérique latine, où l’élection d’un pape argentin avait redoré l’image du Vatican.