Fake news et démocratie

Emmanuel Macron a déclaré, lors de son allocution pour fêter la bonne année, qu’il comptait mettre en place des mesures de coercition contre les Fake news. Limitation de nos libertés, ou mesure de bon sens nécessaire face à la menace ?

Pour fêter la bonne année au peuple de France, Emmanuel Macron a donc annoncé la mise en place « prochainement », d’un dispositif visant à lutter contre les « fausses informations », ou « fake news », lors des « périodes électorales ».

« Les plates-formes se verront imposer des obligations de transparence accrue sur tous les contenus sponsorisés afin de rendre publique l’identité des annonceurs et de ceux qui les contrôlent, mais aussi de limiter les montants consacrés à ces contenus », a-t-il ainsi déclaré.

Si la désinformation est bien l’un des dangers de l’internet, comme l’a démontré l’élection de Donald Trump, aux Etats-Unis, ces mesures de contrôle de l’information ne représentent-elles pas un danger pour la démocratie, au lieu de défendre cette dernière ?

Quelle instance pourrait-être chargée de contrôler la véracité des informations publiées sur internet ? Comment ses représentants seront-ils nommés ?

En charge du gouvernement et du législateur de répondre à toutes ces questions, mais il semble compliqué, voire impossible de garantir la liberté d’expression propre au web, tout en voulant « contrôler » cette expression, dont la diffusion d’informations subjective est l’un des piliers…