Marche contre l’antisémitisme : Macron n’y sera pas

Le Président Emmanuel Macron ne sera pas du rassemblement contre l’antisémitisme prévu aujourd’hui mardi, a annoncé Matignon ce lundi. En revanche, le Gouvernement français y participera, avec à sa tête le Premier Ministre Edouard Philippe.

« La volonté gouvernementale…d’être présent pour marquer l’unité nationale »

Le Chef de l’Etat, Emmanuel Macron, ne participera pas au rassemblement contre l’antisémitisme prévu mardi, a annoncé les services de communication de Matignon, hier lundi. Toutefois le Premier Ministre Edouard Philippe sera présent, accompagné d’autres membres du Gouvernement dont les noms n’ont pas été communiqués. Sur les antennes d’Europe 1, Marc Fesneau, le Ministre chargé des Relations avec le Parlement, avait d’ailleurs rassuré sur « La volonté gouvernementale…d’être présent pour marquer l’unité nationale ».

Quant au Président Macron, il aurait déjà appelé le philosophe et essayiste Alain Finkielkraut pour lui témoigner son soutien après qu’il a été pris à partie par des manifestants lors de l’Acte 14 des Gilets Jaunes. Egalement, lors du dernier conseil des ministres, Emmanuel Macron avait déclaré que l’antisémitisme était « la négation de la République », puis d’ajouter : « Nous serons intraitables vis-à-vis de ceux qui commettent de tels actes ».

Selon le porte-parole du Gouvernement Benjamin Griveaux, Emmanuel Macron est plutôt attendu au dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) qui aura lieu ce mercredi. A cette occasion il tiendra un discours pour dénoncer les actes antisémites qui menacent la République.

Olivier Faure avait souhaité que Macron soit là

Le rassemblement contre l’antisémitisme est une initiative du premier secrétaire du PS, Olivier Faure, en réaction à l’attaque verbale subie par l’essayiste-philosophe Alain Finkielkraut, le samedi dernier lors de l’Acte 14 des Gilets Jaunes. Olivier Faure avait insisté pour que le Président Macron soit là afin de « dire que la République condamne fermement, définitivement, de manière absolue, toute forme de haine et notamment l’antisémitisme ». Il avait aussi souhaité que le locataire actuel de l’Elysée fasse comme François Mitterand qui avait participé le 14 mai 1990 à Paris à une grande manifestation contre le racisme et l’antisémitisme, après la profanation d’un cimetière juif. « Je pense que ce que Mitterrand avait fait à son époque, Emmanuel Macron doit le faire demain et doit être présent, il doit être celui qui dit : La République, ça ne peut pas être cela, la France, ça n’est pas cela » avait-il affirmé.