Etats Unis : Donald Trump à Calexico pour admirer son mur contre l’immigration

Les manifestants mexicains à Calexico

Le vendredi 5 avril, Donald Trump s’est rendu à Calexico, une ville californienne frontalière du Mexique, pour admirer un tronçon de son mur contre l’immigration. « Je crois qu’il a vraiment l’air fantastique », a-t-il déclaré. De l’autre côté du mur, plus de 200 Mexicains manifestaient avec un drôle de bébé ballon censé représenter le président américain.

Trump au pied de son mur

Donald Trump s’est rendu ce vendredi à Calexico, une ville californienne frontalière du Mexique, pour inspecter un tronçon de son mur contre l’immigration. Au pied de cette gigantesque barrière, l’architecte Trump s’est extasié : « Très, très difficile à escalader. C’est un très beau mur, je crois qu’il a vraiment l’air fantastique ! ». De l’autre côté de la grille, on n’est pas forcément du même avis. En effet, près de 200 habitants de la ville de Mexicali (Mexique) manifestaient sous un drôle de ballon géant censé représenter le président américain. C’était une sorte de bébé grincheux portant une couche-culotte, la même tête que toutes les autres caricatures du locataire de la Maison Blanche.

« Alors rebroussez chemin »

Mais Donald Trump a l’habitude de ce genre de chahuts. Il est donc resté de marbre et a continué à admirer son œuvre. Mieux, il a indiqué que les Etats Unis étaient complets, un peu comme une maison. Alors plus besoin de visiteurs supplémentaires. « Notre système est complet, on ne peut plus vous accepter. Notre pays est complet » s’est exclamé le président américain. Puis de lancer : « Alors rebroussez chemin », il n’y a plus rien à voir par ici, serait-on tenté d’ajouter. Le milliardaire estime que les clandestins « submergent notre système d’immigration et ça ne peut plus continuer ».

Gentil le Mexique !

Après cette ruade contre les voisins, le toréro de Washington concède que « Le Mexique, pour la première fois depuis des décennies, effectue des interpellations significatives à sa frontière sud, avant que les migrants n’entament leur long périple vers les Etats-Unis ». Et comme un maître qui récompense son gentil toutou, Donald Trump se réjouit que « Le Mexique se comporte de manière absolument fantastique depuis quatre jours. Ils arrêtent tout le monde ».

Néanmoins le président républicain a averti qu’il pourrait imposer des tarifs douaniers sur les voitures importées du Mexique si ce pays ne continuait pas d’être aussi docile.