Notre-Dame de Paris : Le roman de Victor Hugo en tête des ventes sur Amazon après l’incendie de ce lundi

Photos de Victor Hugo et la couverture de son roman Notre Dame de Paris posées côte à côte

Au lendemain de l’incendie qui a complètement ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, le roman du même nom de Victor Hugo est en tête des ventes de livres sur Amazon. Que cherchent les lecteurs en achetant ce classique de la littérature française ? Sont-ils en quête d’un réconfort ou d’une information précieuse ?  

« Notre Dame de Paris » comme « Paris est une fête »

Comme le livre « Paris est une fête » de l’Américain Ernest Hemingway, après les attentats ayant frappé la capitale française le 13 novembre 2015, « Notre Dame de Paris » de Victor Hugo s’arrache dans les librairies au lendemain de l’incendie qui a ravagé l’une des plus célèbres cathédrales du monde. Le magnifique édifice n’est plus qu’un tas débris, rien à voir avec celui que décrit Victor Hugo dans son roman Notre Dame de Paris. Et comme si ce classique de la littérature française était le dernier témoignage vivant de la cathédrale, les Français se sont rués ce mardi sur Amazon pour en acheter un exemplaire. C’est donc tout naturellement que l’œuvre se classe aujourd’hui en tête des ventes sur le site de commerce électronique.

Victor Hugo et son roman

Rédigé en 1831, Notre Dame de Paris est l’un des romans qui ont enregistré le plus d’adaptations au cinéma et le plus de représentations au théâtre. Qui ne connait pas l’histoire de la bohémienne Esméralda, du bossu Quasimodo, ou encore de Frollo et Phoebus ? Même Disney en a fait un chef d’œuvre cinématographique. L’histoire racontée dans le roman se situe en 1482, au moment du règne de Louis XI. Si l’intrigue se concentre autour des personnages emblématiques que sont Esméralda et Quasimodo, c’est bien la cathédrale Notre Dame de Paris qui est le personnage principal du roman. Dans un chapitre éponyme, Victor Hugo écrit à propos de l’édifice : « Sans doute, c’est encore aujourd’hui un majestueux et sublime édifice que l’église de Notre-Dame de Paris. Mais si belle qu’elle se soit conservée en vieillissant, il est difficile de ne pas soupirer, de ne pas s’indigner devant des dégradations, des mutilations sans nombre que simultanément le temps et les hommes ont fait subir au vénérable monument, sans respect pour Charlemagne qui avait posé la première pierre, pour Philippe-Auguste qui en avait posé la dernière ».

Un incendie similaire évoqué dans le roman

Mais ce n’est surement pas ce plaidoyer qui fait se ruer les lecteurs vers Amazon ce mardi. Ces amateurs de livres recherchent surement ce passage à la tonalité prophétique : « Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée. ».