#SexStrike : Alyssa Milano appelle à une grève du sexe pour dénoncer une loi restrictive sur l’avortement en Géorgie

Alyssa Milano initiatrice de #SexStrike

 

L’actrice américaine Alyssa Milano, à l’origine du hashtag #MeToo, appelle toutes les femmes à une grève du sexe par le biais de Twitter et Instagram, sous le hashtag #SexStrike. Alyssa Milano explique que cette action vise avant tout à dénoncer une loi très restrictive sur l’avortement en Géorgie. Si son combat est louable, tout le monde n’est en revanche pas d’accord sur la méthode employée.

La Géorgie interdit l’avortement après 6 semaines de grossesse  

L’actrice américaine Alyssa Milano, connue pour avoir lancé le mouvement #MeToo et joué des rôles dans Madame est Servie, Charmed ou plus récemment Insatiable, vient de lancer le hashtag #SexStrike sur Twitter et Instagram. Autrement dit, elle appelle toutes les femmes de la Terre à une grève du sexe. Pourquoi ?

A travers ce nouveau combat, Alyssa Milano veut dénoncer une loi très restrictive sur l’avortement en Géorgie. L’Etat américain a récemment pris la décision d’interdire purement et simplement l’avortement après la détection d’un battement du cœur d’un fœtus, soit environ six semaines après le début de la grossesse.

Alyssa Milano s’insurge contre la loi de l’Etat de Géorgie 

La militante féministe estime que cette loi arbitraire est dangereuse pour les femmes, étant donné qu’elles n’ont habituellement pas conscience d’être enceintes à ce stade de leur grossesse. C’est pourquoi, sur Twitter et Instagram, elle écrit : « Nos droits liés à la procréation sont supprimés. Tant que nous, les femmes, n’aurons pas un contrôle légal sur nos corps, nous ne pouvons pas risquer de tomber enceintes. Rejoignez-moi en boycottant le sexe jusqu’à ce que nous retrouvions notre indépendance physique. J’appelle à une grève du sexe. Faites passer le message. #SexStrike ».

L’appel d’Alyssa Milano à une grève du sexe a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Sa publication a récolté plus de 20.000 likes sur Instagram et plus de 40.000 sur Twitter. Les commentaires se comptent également par milliers, même en France.

La plus part des femmes soutiennent cette initiative qui vise à protéger leurs droits. « Laissez-nous jouir de nos corps, de nos sens, comme nous l’entendons. Soyons vigilantes pour préserver nos droits à l’IVG, mais jouissons sans entraves et surtout sans être le jouet du plaisir masculin » écrit une internaute.

« Le sexe n’est pas un service que l’on rend à quelqu’un »

Par contre, d’autres internautes dénoncent cet appel à la grève du sexe. Pour eux les femmes se fourvoient en croyant punir les hommes de la sorte. « #SexStrike ou comment se punir soi-même, en faisant croire que les mecs seraient dépendants du sexe (et en se trompant soi-même sur la puissance du sexe des femmes, alors qu’il n’est qu’impuissance » a commenté un détracteur de l’initiative. Marlène Schiappa, la Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, abonde dans ce sens, elle qui affirme sur son compte Instagram que : « Le sexe n’est pas un service que l’on rend à quelqu’un. Faire la grève du sexe c’est aussi se priver soi-même. Menacer de grève du sexe en réaction aux régressions du droit à l’IVG c’est comme nous punir nous-même une deuxième fois ».

Alyssa Milano défend son initiative

Malgré de vives critiques contre son hashtag, Alyssa Milano a choisi d’assumer son combat. Sur CNN elle a expliqué qu’« Appeler à la grève du sexe pour protester contre les restrictions de l’avortement a donné lieu à une réponse forte. Alors, oui, elle était mitigée, mais cela a permis que l’on parle de la guerre menée par le Parti républicain contre les femmes ».

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.