Aux Etats-Unis, il pleut plus d’un millier de tonnes de particules microplastiques par an

Aux Etats-Unis, il pleut plus d’un millier de tonnes de particules microplastiques par an

16/06/2020 Non Par Arnaud Lefebvre

Nous savions déjà que la pollution microplastique est présente partout, de l’eau que nous consommons en bouteille aux desserts que nous aimons. Nous ne devrions dès lors par être surpris qu’il pleuve du plastique.

En revanche, ce qui est plus étonnant, c’est le volume de particules et de fibres microplastiques qui tombent du ciel chaque année.

Un millier de tonnes

Une étude de chercheurs américains a montré récemment que les pluies de plastique contaminaient les lieux les plus retirés des États-Unis. La professeure adjointe de l’Université d’État de l’Utah, Janice Brahney, et son équipe ont prélevé des échantillons de particules microplastiques durant 14 mois dans l’air et dans les eaux de pluie de onze parcs nationaux et zones sauvages américains. Ils ont ainsi découvert qu’il pleuvait plus de 1.000 tonnes de particules microplastiques par an dans l’ouest des États-Unis.

“Nous avons été choqués par les taux de dépôt estimés et nous avons continué à chercher à comprendre où nos calculs n’avaient pas fonctionné”, a déclaré Brahney. “Mais nous avons ensuite confirmé à travers 32 analyses de particules différentes qu’environ 4% des particules atmosphériques analysées issues de ces sites éloignés étaient des polymères synthétiques.”

La plupart des microplastiques sont des fragments de gros morceaux de plastique. Étant donné que les plastiques ne sont pas biodégradables, ceux présents dans des tas de déchets ou dans des décharges se décomposent en microparticules pour ensuite se frayer un chemin à travers l’atmosphère, dans le sol et au sein des systèmes aquatiques de la Terre.

Janice Brahney, chercheuse principale de l’étude et professeure en science des bassins de l’Université d’État de l’Utah nomme ce processus “spirale plastique” . Ce processus montre que certains microplastiques ont traversé les systèmes naturels pendant de longues périodes.

Santé publique

Les scientifiques ont examiné la source et le cycle de vie des microplastiques humides (pluie) et secs. L’équipe de Brahney a découvert que les microplastiques dits humides, à savoir ceux transportés dans des conditions atmosphériques humides, avaient très probablement été perturbés par une tempête et emportés dans l’atmosphère, et étaient originaires de grandes zones urbaines. Les microplastiques secs, en revanche, parcouraient de longues distances, souvent à travers les continents.

Brahney a averti que de nouvelles découvertes montrent un besoin urgent de réduire la pollution plastique. Bien que leurs effets sur le corps humain soient encore inconnus, les scientifiques commencent à s’inquiéter de l’impact des particules microplastiques sur la santé publique. Celles-ci sont en effet suffisamment petites pour se loger dans les tissus pulmonaires, ce qui provoque des lésions et, dans certains cas de l’asthme et le cancer . Une étude de 2019 a révélé que dans un appartement danois urbain, une personne inhalait en moyenne environ 11 particules microplastiques par heure.

“Cette omniprésence de microplastiques dans l’atmosphère et le dépôt subséquent dans des environnements terrestres et aquatiques éloignés soulèvent des préoccupations écologiques et sociétales généralisées”, a ajouté Brahney. “L’identification des principaux mécanismes d’émission de plastique dans l’atmosphère est une première étape dans le développement de solutions à l’échelle mondiale.”

Empreinte plastique humaine croissante

Récemment, une étude a révélé que la taille des particules microplastiques était comprise entre 4 et 188 microns. Les plus petites particules étaient aussi minuscules qu’un dixième de la largeur d’un cheveu humain, tandis que les plus volumineuses étaient deux fois plus grosses que du sable fin.

Nous savons depuis des décennies que les plastiques jonchent les océans et qu’ils finissent par être mangés par les plus petits organismes de la chaîne alimentaire marine.

Mais ce n’est que récemment que les scientifiques ont réalisé que ce microplastique volait au-dessus de nos têtes, de la même manière que les particules de poussière transportées par le vent, indique le Washington Post. L’une des premières études sur ce phénomène a été publiée en 2015. Toutefois, les mécanismes précis d’absorption et de dépôt et leurs conséquences sont encore mal compris.

La découverte de poussières de plastiques en suspension dans l’air des villes et des zones agricoles ainsi que dans des endroits plus éloignés a alarmé la communauté scientifique qui commence à étudier une telle contamination.

“Le transport atmosphérique du plastique signifie que nos zones sauvages – et donc notre filet de sécurité des écosystèmes, des insectes et des animaux non affectés par l’agriculture – ne sont pas en sécurité”, a déclaré Steve Allen, chercheur en matières plastiques à l’Université d’Écosse de Strathclyde.

“Les effets du microplastique sur ces zones sont encore à l’étude, mais il est connu que même l’acte physique de le manger peut bloquer le tube digestif de petites créatures comme les vers. Ce constat ne tient même pas compte des produits chimiques mutagènes, cancérigènes et perturbateurs endocriniens que le plastique transporte”, a déclaré Allen.

Le travail de Brahney apporte un nouvel éclairage sur le cycle du plastique atmosphérique.

“Cette recherche a montré qu’il ne s’agit n’est pas d’un simple processus de source de dépôt et qu’il est influencé par les processus atmosphériques plus importants”, a déclaré Allen, auteur d’une étude en 2019 sur les dépôts microplastiques dans les Pyrénées françaises.

“Cela ouvre de nombreuses nouvelles questions sur les mécanismes et les facteurs qui influencent ce transport. C’est excitant et très inquiétant à la fois.”