Législatives : l’extrême droite infecte les réseaux sociaux

Législatives : l’extrême droite infecte les réseaux sociaux

28/06/2024 Non Par Cinquième Pouvoir

Depuis plusieurs jours, sur fond d’élections législatives anticipées, l’extrême droite inonde les réseaux sociaux de contenus xénophobes et racistes. Elle a notamment publié sur TikTok la chanson « Je partira pas », qui s’attaque aux immigrés. Les associations portent plainte.

Après avoir remporté les européennes du dimanche 9 juin, le Rassemblement National fonce désormais vers les législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet prochains. Tous les sondages le donnent favori, et même largement. En cas de victoire, le parti d’extrême droite prendrait la tête du gouvernement avec tous les risques que cela comporte pour la démocratie et les libertés en France.

« Pour toi fini le RSA, tu vas retourner chez toi avec ta djellaba », chante l’extrême droite

Pour ratisser large, le RN et ses militants ont envahi les réseaux sociaux depuis quelques semaines. Ils y déversent des contenus xénophobes et racistes à longueur de journée. A l’image de la chanson « Je partira pas », largement relayée sur Tiktok, puis sur Twitter et YouTube. Dans ce remix électro, on peut entendre cette phrase : « Tu partiras avec ta Fatma, pour toi fini le RSA. Le bateau n’attend pas. […] Quand va passer Bardella, tu vas retourner chez toi, tu mettras ta djellaba, tu pourras prier toute la journée. Là tu commences à nous gonfler ».

Les chansons de l’extrême droite sont générées par l’intelligence artificielle

La faute de grammaire dans le titre est volontaire. Elle fait référence à une vidéo de novembre 2023. Celle-ci montre une personne expulsée criant : « Je partira pas ! Allah Akbar ! Je partira pas ! ». Cette faute délibérée dans le titre de la chanson pue à plein nez le racisme. Vue des millions de fois dans la fachosphère, la vidéo du remix utilise une IA pour la voix, qui ressemble à celle de l’influenceuse Mila, figure adorée des milieux d’extrême droite. Elle a été publiée sous le sous le pseudonyme @CrazyGirl et affiche comme signature « Bardella music ».

Une vague xénophobe partie d’une vidéo de jeunes allemands néonazis

L’extrême droite a mis en ligne d’autres créations musicales comme le morceau intitulé « Remigration Airlines ». Cette effervescence musicale xénophobe s’appuie sur la diffusion en mai dernier d’une vidéo sur les réseaux sociaux allemands. Dans cette séquence, des jeunes crient « Dehors les étrangers » (« Ausländer raus ») sur un air électro, salut nazi en plus. La scène a été enregistrée lors d’une fête dans un club huppé sur l’île Sylt. Le gouvernement allemand a fermement condamné ce chant et ouvert une enquête.

L’extrême droite a une armée d’influenceurs et de streameurs

En France, des organisations comme SOS Racisme ont porté plainte contre l’extrême droite pour incitation à la haine sur les réseaux sociaux. Elles demandent aux plateformes sur lesquels sont publiés les contenus de les dépublier. TikTok dit avoir alerté son équipe de modération, les autres n’ont toujours pas donné de réponse. Les militants des droits s’inquiètent de l’envahissement des réseaux sociaux par le Rassemblement National et ses satellites. Ceux-ci se trouvent partout en ligne grâce à une armée d’influenceurs et de streameurs convaincus.

Jordan Bardella met la touche finale

Jordan Bardella s’y met aussi avec son compte aux 1,7 million d’abonnés. Le jeune homme de 29, probable futur premier ministre de France en cas de victoire du RN le 7 juillet, est omniprésent sur les médias sociaux. Il donne de lui une image policée, qui séduit la génération Z. Selon un récent sondage, celle-ci compte largement voter pour lui aux législatives. L’accaparement du numérique par l’ultradroite, qui invisibilise toutes les autres formations politiques, n’étonne pas vraiment. Le RN étant rompu aux outils digitaux, lui qui a été le premier parti français à créer un site internet en 1996.