#JeKiffeMonDecollete : Les femmes militent contre les regards et les commentaires déplacés

#JeKiffeMonDecollete : Les femmes militent contre les regards et les commentaires déplacés

27/06/2019 Non Par Tim R

 

Des milliers femmes militent sur les réseaux sociaux contre les regards et les commentaires déplacés à travers le hashtag JeKiffeMonDecollete. Parti d’un tweet de Céline B, qui a publié une photo de son décolleté le 18 juin, cette campagne a pris de l’ampleur avec le partage de Zohra Bitan, une chroniqueuse des Grandes Gueules de RMC qui a décidé de lancer un appel à un rassemblement.

« Mec mes seins et moi on t’emmerde bien fort tu sais»

Les femmes en ont marre de se faire remonter les bretelles à cause d’un décolleté prétendument osé. Elles en ont marre des agressions dans les rues à cause de leurs vêtements. Elles réclament le droit de s’habiller comme bon leur semble. En réponse aux 42% des Français qui pensent que les victimes de viol « l’ont bien cherché », les femmes ont lancé un mouvement de protestation sur les réseaux sociaux.

Tout a commencé avec un témoignage de Céline B. Cette jeune femme a tweeté une photo de son décolleté accompagnée de la réflexion que lui a fait un homme croisé dans la rue. « Donc d’après un type croisé tout à l’heure ceci est un « décolleté de sale pute ». Mec mes seins et moi on t’emmerde bien fort tu sais. ».

Le post a été partagé et commenté à de nombreuses reprises. La publication est même arrivée jusqu’à Zohra Bitan, une chroniqueuse des Grandes Gueules de RMC qui a décidé de donner un coup de main à cette lutte. Elle a donc lancé un appel à la solidarité à travers le hashtag JeKiffeMonDecollete. Elle écrit sur Twitter : « N’oubliez pas les filles, demain samedi 22 juin 18H, en attendant la canicule et en guise de résistance à la police vestimentaire qui tente des percées çà et là #JeKiffeMonDecollete en image ici ! Préparez vos photos ».

15 000 militantes malgré les trolls

De nombreuses femmes ont suivi le mot d’ordre en publiant des photos de leurs décolletés. En seulement quelques jours, la campagne est devenue virale avec plus de 15 000 femmes concernées, et ce, malgré quelques commentaires machistes.

« #JeKiffeMonDecollete Parce que je suis une femme libre, parce que nos grands-mères se sont battues pour la liberté », écrit Marie d’ange. « Soutien à tous les décolletés du monde qui ne respire pas assez c’est votre moment #JeKiffeMonDecollete », lance de son côté Princesse Sarah, une autre internaute.