Le MIT développe une IA comprenant les lois de la physique

Le MIT développe une IA comprenant les lois de la physique

05/12/2019 Non Par Cinquième Pouvoir

À l’image de Facebook il y a moins d’une semaine, le MIT vient d’annoncer avoir développé une intelligence artificielle capable de comprendre les lois de la physique. Retour sur une prouesse de technologie selon ses concepteurs.

Le MIT toujours en avance

Encore une fois le Massachusetts Institute of Technology (MIT) vient de surprendre son monde. Une équipe de chercheurs a en effet développé un système capable de comprendre les différentes lois de la physique. Une révolution dénommée ADEPT et qui serait capable d’analyser en vidéo le comportement d’un objet pour ensuite anticiper ses mouvements selon les bases de la physique, une physique élémentaire. Capable aussi de véhiculer la surprise quand un objet adopte un comportement inattendu, l’ADEPT s’impose d’ores et déjà, comme une de ces révolutions de fin d’année.
Selon Kevin A. Smith, le concept serait non seulement une base pour d’autres équipes, mais aussi un socle de compréhension des intelligences artificielles dans leur ensemble. De cette même façon il avance que sa nouvelle IA est à l’image d’un enfant, notamment en termes de comportements cognitifs. Chose qui a été possible en formalisant une base de connaissances, et en les formalisant ensuite en vue de les inculquer en quelque sorte à ADEPT, comme le retranscrit IT Social. C’est de cette façon que sont sorties les premières versions de cette intelligence artificielle qui n’a cessé d’évoluer.

Un fonctionnement simple

Pour anticiper les mouvements des objets selon les lois de la physique, l’ADEPT commence par s’y déplacer autour, prédisant ainsi les futurs comportements. Cela en tenant compte des différents paramètres de la physique, comme la vitesse par exemple. Ainsi, et c’est l’institut du MIT qui le précise, le robot émet un son lors de chaque image vidéo. Un son qui correspond à son niveau d’étonnement ou de surprise à la vue d’un déplacement, ou du mouvement d’un objet. Ainsi plus le signal sonore devient fort, plus l’étonnement est grand. Selon le MIT donc, si un objet enfreint certains paramètres, ou du moins procède à un mouvement inhabituel, le niveau de surprise exploserait. Et ça ne s’arrête pas là.
En effet, et selon les sons produits par l’intelligence artificielle, le niveau de surprise ou d’étonnement de l’ADEPT serait équivalent à celui d’un humain. Une chose démontrant les niveaux élevés de compréhension de la physique par l’intelligence artificielle nouvellement créée. Ainsi Kevin A. Smith précise “À l’âge de 3 mois, les bébés ont la notion que les objets ne disparaissent pas et ne peuvent pas se déplacer, ni se déplacer l’un par rapport à l’autre, ni se téléporter“. Une IA comme nous vous le disions plus haut disposant de certains des comportements cognitifs des très jeunes enfants.

Une formalisation de la réalité comme base d’évolution

Comme nous vous l’affirmions en début d’article, c’est en se basant sur la réalité, en particulier le comportement des bébés, que les chercheurs ont pu créer leur IA. basée sur la “violation des attentes”, elle reproduit avec précision le comportement des nourrissons. Des nourrissons ayant déjà acquis une compréhension de la physique, mais ne pouvant, cependant pas l’exprimer. Ainsi et dans une optique future, les nouvelles IA pourraient se baser sur l’humain lui-même. Non pas en tant qu’individu, mais en tant que socle de connaissance. Une connaissance qui devrait être comprise puis formaliser en vue de la transmettre à la machine, et ce pour créer des intelligences artificielles toujours plus avancées. Et c’est ce que d’ailleurs compte faire le MIT, en intégrant par exemple de nouvelles découvertes ou fonctions à leurs différents modèles d’IA.
Ainsi Smith l’affirme dans l’article du MIT, “Nous voulons voir ce qui doit être construit pour mieux comprendre le monde, à la manière des nourrissons, et formaliser ce que nous savons de la psychologie pour créer de meilleurs agents d’IA“.