Les réseaux sociaux sont devenus une menace pour la démocratie

Les réseaux sociaux sont devenus une menace pour la démocratie

08/01/2021 0 Par Arnaud Lefebvre

 

Depuis quelques années, il est désormais évident que les réseaux sociaux sont capables de mettre à mal la démocratie. Dernièrement, l’assaut du Capitole et la tentative d’insurrection par les partisans de Trump constituent une nouvelle preuve de ce sinistre pouvoir.

En effet, comme le rapporte le New York Times, l’assaut a principalement été organisé sur les réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter.

De la technologie de la libération à la menace démocratique

Pourtant, il y a peu, après le printemps arabe, les réseaux sociaux étaient salués comme une « technologie de libération » qui contribuerait à répandre la démocratie, explique le Washington Post.

Comment en sommes-nous arrivés à un tel revirement ?

En 2017, une étude du Journal of Democracy, a répondu à cette question par deux observations. Dans un premier temps, les médias sociaux sont un outil pour donner la parole aux personnes exclues de l’accès aux médias grand public. Deuxièmement, malgré le fait que les médias sociaux démocratisent l’accès à l’information, ceux qui les utilisent peuvent simultanément censurer et manipuler l’information pour essayer de faire taire les voix dissidentes. Certaines de ces formes de censure – comme entraver l’accès à l’information ou menacer des personnalités de l’opposition potentielles – sont vieilles de plusieurs siècles. D’autres – comme l’utilisation de robots et de trolls pour changer la conversation en ligne – sont propres à l’ère numérique.

« Pris ensemble, ces deux facteurs – l’utilisation d’outils en ligne pour élargir les possibilités de s’exprimer et pour instaurer les possibilités de silence – peuvent éclairer la relation complexe entre les médias sociaux et la démocratie. Les médias sociaux eux-mêmes ne sont ni intrinsèquement démocratiques ni non démocratiques », concluait du Journal of Democracy.

Perte de réalité objective

« Ce chaos est stupéfiant, mais pas surprenant », estime Shira Ovide, rédactrice en chef de la section technologique du New York Times. « Cela se produit après des mois durant lesquels Trump et d’autres politiciens ont encouragé le faux récit d’une élection truquée, après des mois de diffusion de théories du complot au sujet de fraude électorale sur les médias sociaux et dans les médias pro-Trump. »

« C’est le résultat d’un parti républicain qui s’est plié à l’autorité du président Trump et de systèmes de communication en ligne qui permettent aux théories du complot de se déchaîner. Pour cela, nous avons un média qui répond aux opinions du président, une industrie de la publicité sur Internet qui fournit des incitations financières aux idées farfelues qui attirent l’attention du public et notre nature humaine qui nous pousse à des vues extrêmes. Tous ces éléments sont superposés », avance Farhad Manjoo, chroniqueur d’opinion pour le New York Times et ancien journaliste technologique.

« Les croyants aux théories du complot assemblent une base – des morceaux de fausses preuves et des théories d’irrégularités de vote, puis le président absorbe ces fausses idées et leur ajoute de la légitimité. Cela donne ensuitede l’oxygène aux théories du complot. Nous voyons à quel point cela peut être dangereux quand une personne aussi puissante que le président joue un rôle dans un mouvement croissant qui s’est séparé de la réalité objective. »

Shira Ovide en vient à se demander si nous ne serions pas mieux informés et si nous aurions davantage un sens partagé de la réalité si Internet n’existait pas. Interrogation à laquelle Manjoo répond :

« Si vous m’aviez posé la question il y a à peine deux ans, j’aurais dit que nous sommes dans l’ensemble bien mieux lotis avec Internet. Nous avons davantage accès aux moyens de nous améliorer et à plus d’informations pour comprendre et changer le monde qui nous entoure. Mais maintenant, je me dis que nous serions peut-être mieux si Internet n’existait pas. »

Les réseaux sociaux, vecteurs de fausses théories

Ces plateformes sociales offrent à des personnalités puissantes comme le président Trump un mégaphone pour répandre des mensonges incontrôlés. Ces forces – le président, les médias pro-Trump, les médias sociaux, les institutions inefficaces et la méfiance du public- se renforcent entre elles.

Lorsque Facebook a créé son fil d’actualité, la société ne prévoyait pas que cela conduirait à des chambres d’écho pour la propagationet la validation de fausses théories. Facebook pensait que la connexion entre les personnes était une bonne chose. Toutefois, nombreux sont ceux qui ont reproché au réseau social de ne pas avoir beaucoup réfléchi à ces problèmes ou d’être trop myope.

« Mais ces forces interagissent toutes les unes avec les autres de manière à ce qu’il soit difficile de prévoir comment elles vont affecter le monde », explique encore la rédactrice technologique du New York Times.

Facebook, une nation impérialiste dont les utilisateurs sont les colonies

Dans un article intitulé « Facebook est une machine de l’Apocalypse », Adrienne LaFrance, la rédactrice en chef du magazine The Atlantic, va plus loin.

« Facebook n’est pas une entreprise de médias. C’est une machine apocalyptique. Facebook n’existe pas pour rechercher la vérité et la rapporter, ou pour améliorer la santé civique, ou pour demander des comptes aux puissants, ou pour représenter les intérêts de ses utilisateurs. La mission initiale de l’entreprise était de « donner aux gens le pouvoir de partager et de rendre le monde plus ouvert et connecté ». Au lieu de cela, Facebook a pris le concept de « communauté » et l’a sapé de toute signification morale. La montée en puissance de QAnon, par exemple, est l’une des conclusions logiques du Web social. En effet, Facebook, avec Google et YouTube, sont des espaces parfaits pour amplifier et diffuser la désinformation à une vitesse fulgurante auprès d’un public mondial. Facebook est un agent de propagande gouvernementale, de harcèlement ciblé, de recrutement terroriste, de manipulation émotionnelle et de génocide. »

Des algorithmes incontrôlables

Chaque fois qu’un utilisateur clique sur un bouton de réaction sur Facebook, un algorithme l’enregistre et affine son portrait. L’hyper-ciblage des utilisateurs, rendu possible par la kyrielle de données personnelles à leur sujet, crée l’environnement parfait pour la manipulation par les annonceurs, par des campagnes politiques, par des émissaires de désinformation, et bien sûr par Facebook lui-même. Le réseau contrôle finalement ce que l’utilisateur voit et ne voit pas.

Facebook a enrôlé un corps d’environ 15.000 modérateurs. Ces derniers sont rémunérés pour visionner des meurtres, des viols collectifs et autres représentations de violence graphique qui se retrouvent sur la plateforme.

« Mais il n’y a pas assez de modérateurs parlant assez de langues, travaillant suffisamment d’heures, pour arrêter le flot biblique de m…. que Facebook déchaîne sur le monde, car 10 fois sur 10, l’algorithme est plus rapide et plus puissant qu’une personne. À grande échelle, cet environnement d’information personnalisé déformé par un algorithme est extrêmement difficile à modérer de manière significative, et par conséquent extrêmement dangereux », explique la rédactrice de The Atlantic.

Ces dangers ne sont pas théoriques, et ils sont exacerbés par la taille du réseau social. Cette plateforme est un endroit alléchant pour mener des expériences sur les personnes. Il y a quelques années, Facebook a mené des tests de contagion sociale sur ses utilisateurs sans leur dire.

Par ailleurs, le réseau social agit comme une force pour le colonialisme numérique, essayant de devenir l’expérience de facto (et unique) d’Internet pour les personnes du monde entier. Facebook s’est vanté de sa capacité à influencer le résultat des élections. Des groupes militants illégaux utilisent Facebook pour s’organiser. Les responsables gouvernementaux utilisent la plateforme pour tromper leurs propres citoyens et pour falsifier les élections. Des responsables militaires ont exploité la complaisance de Facebook pour commettre un génocide. Facebook a généré par inadvertance des vidéos de recrutement pour l’État islamique contenant des messages antisémites et brûlant des drapeaux américains.

Nation sans frontières

Dans les jours qui ont suivi l’élection présidentielle américaine de 2020, Mark Zuckerberg a autorisé une modification de l’algorithme de son réseau social afin que les sources d’informations de haute précision bénéficient d’une visibilité préférentielle dans les flux des utilisateurs, et que les pages hyper-partisanes soient moins visibles.

Selon le New York Times, cette manœuvre est la preuve que Facebook pourrait, s’il le voulait, réduire la désinformation. Selon le quotidien, le réseau a le pouvoir d’activer un interrupteur et de changer ce que des milliards de personnes voient en ligne.

Cette décision était très inhabituelle de la part de Facebook, explique LaFrance. Le seul problème est que la réduction de la prévalence du contenu que Facebook qualifie de « mauvais pour le monde » réduit également l’engagement des personnes avec le site.

Dans ses expériences sur l’intervention humaine, Facebook a donc calibré l’algorithme de sorte que juste assez de contenu nuisible reste dans les fils d’actualité des utilisateurs pour les inciter à revenir.

« La mission déclarée de Facebook – rendre le monde plus ouvert et connecté – m’a toujours paru, au mieux, bidon et impérialiste au pire. Après tout, les empires d’aujourd’hui sont nés sur le Web. Facebook est un État-nation sans frontières, avec une population d’utilisateurs presque aussi grande que la Chine et l’Inde réunies. Facebook est régi en grande partie par des algorithmes secrets. Hillary Clinton m’a dit plus tôt cette année que parler à Zuckerberg ressemblait à une négociation avec le chef autoritaire d’un État étranger. « C’est une entreprise mondiale qui a une énorme influence d’une manière que nous commençons seulement à comprendre », a-t-elle déclaré. »

Remise en question de la logique des réseaux sociaux

« Quiconque souhaite sérieusement atténuer les dommages causés à l’humanité par le Web social devrait, bien sûr, envisager de quitter Facebook. Il en va de même pour Instagram et Twitter et tout autre environnement d’information altéré par l’algorithme qui manipule les utilisateurs. Mais nous devons adopter une vision plus large de ce qu’il faudra pour réparer la rupture du Web social.»

« Cela nécessitera de remettre en question la logique des plates-formes d’aujourd’hui. Il faudra avant tout de remettre en question le concept même de méga-échelle comme moyen de rassemblement des humains. La méga-échelle est ce qui donne son pouvoir à Facebook, et ce qui le rend dangereux. Une action collective contre le Web tel qu’il est aujourd’hui est nécessaire au changement. »

Selon la logique actuelle du Web, les plates-formes sociales sont gratuites. Toutefois, cette gratuité est possible en échange d’une foule de données des utilisateurs. Selon cette même logique, les grands réseaux sont nécessairement mondiaux et centralisés et les modérateurs établissent les règles.

Pour un autre Web social

« Rien de tout cela ne doit être le cas. Nous avons besoin de personnes qui démantèlent ces notions en construisant des alternatives. Et nous avons besoin de suffisamment de personnes pour se soucier de ces autres alternatives, pour briser le charme du capital-risque et de l’attention de masse qui alimente la méga échelle et crée un fatalisme sur le Web tel qu’il est actuellement », avance encore LaFrance.

« Je pense toujours qu’Internet est bon pour l’humanité, mais c’est en dépit du Web social, pas grâce à lui. Nous devons également trouver des moyens de réparer les aspects de notre société et de notre culture que le Web social a gravement endommagés. Cela exigera une indépendance intellectuelle, un débat respectueux et la même tendance rebelle qui a aidé à établir les valeurs des Lumières il y a des siècles.»

« Nous ne pouvons peut-être pas prédire l’avenir, mais nous savons comment il est fait : grâce à des éclairs d’inventions rares et authentiques, soutenus par le temps et l’attention des personnes. À l’heure actuelle, trop de personnes permettent aux algorithmes et aux géants de la technologie de les manipuler, et la réalité nous échappe par conséquent. La machine Doomsday de ce siècle est là et bourdonne. »