Pourquoi l’Italie est-elle tellement frappée par le coronavirus ?

Pourquoi l’Italie est-elle tellement frappée par le coronavirus ?

19/03/2020 Non Par Arnaud Lefebvre

L’Italie compte la deuxième population la plus âgée sur Terre. En outre, les jeunes Italiens ont beaucoup de contact avec leurs grands-parents. 

Face à l’avancée de la pandémie de coronavirus à travers le monde, plusieurs inconnues troublantes demeurent. Combien de temps devrons-nous rester isolés ? Quand la pandémie atteindra-t-elle son pic ? Jusqu’où l’économie mondiale va-t-elle s’effondrer ? Personne n’a véritablement de réponses sûres face à ces interrogations.

Toutefois, ce qui est clair aujourd’hui, c’est que ce nouveau virus est beaucoup plus dangereux pour les personnes âgées. Les populations jeunes peuvent en effet ne présenter aucun symptôme de la maladie, ce qui est particulièrement risqué pour leurs aînés car elles peuvent leur transmettre le virus sans s’en rendre compte.

Un quart de la population italienne a plus de 65 ans

Les chiffres font froid dans le dos. A l’heure où nous écrivons ces lignes, on déplore près de 3.000 personnes ayant perdu la vie en raison du coronavirus dans le pays. Le personnel hospitalier débordé doit maintenant prendre de terribles décisions telles que qui sauver et qui laisser périr.

Dans un nouvel article de la revue Demographic Science cité par le site Wired, des chercheurs de l’Université d’Oxford expliquent que la raison pour laquelle l’Italie subit si fortement les affres du virus est double. D’une part, le pays a la deuxième population la plus âgée de la planète. D’autre part, par rapport à d’autres Etats, les jeunes Italiens ont coutume de sociabiliser avec les personnes âgées. Ils ont tendance à se mêler plus souvent aux seniors, principalement leurs grands-parents.

Alors que de plus en plus de pays sont aux prises avec cette pandémie qui n’en est qu’à ses débuts et que nous en apprenons davantage sur le mode de transmission du coronavirus au sein des noyaux familiaux et des communautés, de telles données démographiques sont essentielles et cruciales.

En Italie, 23% de la population a plus de 65 ans, contre 16% aux Etats-Unis.

“La prolongation de la durée de vie a joué un certain rôle dans le changement de la structure de la population italienne”, explique Jennifer Beam Dowd, démographe et épidémiologiste à l’Université d’Oxford, auteur principal du nouveau document. “Mais c’est en fait surtout dû à la rapidité avec laquelle la baisse de la fécondité a été observée dans une population.” En d’autres termes, cela s’explique davantage par le fait que les Italiens ont moins d’enfants que par le fait qu’ils vivent plus vieux.

Parallèlement, les jeunes Italiens ont tendance à davantage interagir avec leurs aînés. Selon les co-auteurs italiens de Dowd, en Italie, les jeunes gens peuvent vivre avec leurs parents et grands-parents dans des zones rurales et se rendre à leur travail dans des villes comme Milan. Les données sur la composition des ménages confirment également cette organisation familiale.

Par ailleurs, ces voyages fréquents entre villes et maisons familiales peuvent avoir exacerbé la propagation silencieuse du nouveau coronavirus, soulignent les auteurs. Les jeunes qui travaillent et ont des contacts sociaux dans les zones urbaines interagissent avec de grandes foules. Au sein de ces zones, ils peuvent contracter le coronavirus. S’ils ne présentent aucun symptôme, ils ne sauront pas qu’ils contaminent leurs aînés, la population la plus vulnérable.

“Nous savons maintenant que la mortalité est plus élevée chez les personnes âgées, mais ce qui n’est pas encore clair, c’est pourquoi”, explique Carlos Del Rio, vice-doyen de l’Emory School of Medicine de l’hôpital Grady Health System, à Atlanta.

Cela pourrait par exemple s’expliquer par le fait que les personnes âgées ont des systèmes respiratoires plus faibles, ce qui pourrait avoir comme conséquence un taux plus élevé de mortalité lors d’une pneumonie, par exemple.

Distanciation sociale

Les scientifiques qui étudient pourquoi les enfants sont moins susceptibles de tomber malades à cause du coronavirus ont souligné le corollaire suivant : les populations plus jeunes ont tendance à avoir des poumons “vierges” qui n’ont pas été affectés par diverses inflammations causées par des allergies, des polluants ou encore des pathologies. Cet état de fait pourrait les rendre plus résistants aux attaques du COVID-19.

Malgré le confinement total en place en Italie depuis le week-end dernier, le virus continue de se propager à grande échelle. Cependant, grâce à ce type de connaissances démographiques, les responsables de la santé publique sont en mesure de mieux affronter la menace dans d’autres pays, explique Dowd.

“L’un des points que nous tentons de faire comprendre est qu’il ne s’agit pas nécessairement d’isoler la population âgée (la plus vulnérable) mais plutôt d’étendre la distanciation sociale générale qui est encouragée pour aplanir la courbe”, explique Dowd. “Aplanir la courbe signifie ralentir le taux de nouvelles infections, donner aux chercheurs du temps pour développer des traitements et des vaccins et offrir un répit aux hôpitaux. Je pense que notre point de vue est en fait important lorsqu’une fraction plus élevée de votre population est vulnérable”, dit-elle.

Problèmes pratiques

Bien que la séparation des jeunes et des personnes âgées puisse fonctionner en théorie, cela peut créer des problèmes pratiques. Par exemple, aux Etats-Unis, les autorités locales cherchent désespérément à aplanir la courbe en fermant des écoles. Mais si les parents ne peuvent pas s’occuper de leurs enfants – parce qu’ils travaillent hors de chez eux ou parce qu’ils sont eux-mêmes malades – la garde des enfants peut incomber aux grands-parents.

Une étude parue en Italie complique encore un peu plus les choses. Cette dernière ne correspond pas exactement à ce que nous pourrions nous attendre dans un énorme pays comme les Etats-Unis où les données démographiques varient considérablement d’un endroit à l’autre. En effet, certaines villes peuvent compter beaucoup plus de jeunes que de personnes âgées, mais dans certaines banlieues, c’est tout le contraire.

Pensez à la Floride et à sa kyrielle de retraités. “La Floride, c’est comme une super-Italie”, explique Andrew Noymer, démographe à l’Université de Californie à Irvine. “Je crois que la Floride va connaître une situation difficile.” Dans un endroit où il y a tant de personnes âgées, dont beaucoup vivent les unes proches des autres dans des maisons de retraite, l’éloignement social sera extrêmement important pour éviter une catastrophe.

Une population vieillissante ne signifie pas nécessairement une épidémie dévastatrice de COVID-19. Au Japon, où plus de 28% de la population a plus de 65 ans, au 16 mars, il n’y avait eu que 814 cas confirmés et 24 décès, contre 24.747 cas et 1.809 décès en Italie, selon les chiffres de l’OMS. Le Japon, ainsi que des voisins comme Hong Kong et Singapour, ont rapidement intensifié les tests au début de l’épidémie et mis en place des contrôles de voyage stricts.

Selon Dowd, nous pouvons utiliser l’exemple de l’Italie pour prendre des mesures pratiques dans la lutte contre la pandémie. Nous pourrions identifier les zones avec des populations plus âgées et essayer “d’anticiper un peu les endroits où le fardeau des soins sera le plus lourd”.