Non,  les écrans ne nuisent pas aux compétences sociales des enfants

Non, les écrans ne nuisent pas aux compétences sociales des enfants

02/05/2020 Non Par Arnaud Lefebvre

Le temps que nos enfants passent devant leurs écrans n’a que très peu d’impact sur leurs compétences sociales, indique une nouvelle étude. Malgré le fait que les jeunes soient de plus en plus sur leurs smartphones et sur les réseaux sociaux, ils sont tout aussi qualifiés d’un point de vue social que les populations jeunes de la génération précédente.

Pour aboutir à cette conclusion, des chercheurs américains ont comparé les évaluations des enseignants et des parents d’enfants ayant débuté la maternelle en 1998, soit six ans avant le lancement de Facebook, avec celles d’enfants ayant commencé leur parcours scolaire en 2010, lorsque le premier iPad a fait ses débuts.

Compétences interpersonnelles

Les résultats de l’étude ont montré que les deux groupes d’enfants obtenaient les mêmes scores en termes de compétences interpersonnelles telles que la capacité à former et à entretenir des amitiés et à s’entendre avec des personnes différentes. Ils ont également reçu les mêmes évaluations sur le plan de la maîtrise de soi, à savoir la capacité à réguler son tempérament.

“En d’autres termes, nos enfants vont toujours bien”, a déclaré Douglas Downey, auteur principal de l’étude et professeur de sociologie à l’Ohio State University. “Dans pratiquement toutes les comparaisons réalisées, les compétences sociales sont restées les mêmes ou ont en fait légèrement augmenté pour les enfants nés plus tard. Il existe très peu de preuves que l’exposition à un écran soit problématique en ce qui concerne la croissance des compétences sociales.”

Downey a mené cette étude en collaboration avec Benjamin Gibbs, professeur agrégé de sociologie à l’Université Brigham Young. Ce travail a récemment été publié en ligne sur le site de l’American Journal of Sociology.

Douglas Downey a eu l’idée de réaliser cette étude suite à une dispute avec son fils Nick. Ce jour-là, tous deux débattaient afin de savoir si les compétences sociales avaient diminué au sein de la nouvelle génération de jeunes.

“J’ai commencé à lui expliquer à quel point sa génération était un désastre en termes de compétences sociales, probablement en raison du temps qu’elle passe à regarder des écrans”, a déclaré Downey. “Nick m’a demandé comment je le savais. Et lorsque j’ai vérifié, je me suis rendu compte qu’il n’y avait vraiment aucune preuve solide.”

Étude

Downey et son collègue ont donc décidé de mener à bien cette étude. Pour celle-ci, ils ont utilisé les données de la Early Childhood Longitudinal Study (ECLS), programme américain d’étude de la petite enfance dirigé par le National Center for Educational Statistics, branche de l’Institute of Education Sciences du département de l’Éducation des États-Unis.

L’ECLS suit les enfants de la maternelle à la cinquième année. Les chercheurs ont comparé les données d’un groupe d’enfants qui ont commencé la maternelle en 1998 (19.150 élèves) avec celles d’enfants ayant débuté la maternelle en 2010 (13.400 élèves).

Les enfants ont été évalués par les enseignants six fois entre le début de la maternelle et la fin de la cinquième année. Ils ont également été évalués par les parents au début et à la fin de la maternelle et à la fin de la première année.

Downey et Gibbs se sont concentrés principalement sur les évaluations des enseignants, car ces derniers ont suivi les enfants jusqu’à la cinquième année. Cependant, les résultats obtenus avec les évaluations des parents sont comparables.

Les résultats ont montré que du point de vue des enseignants, les compétences sociales des enfants n’ont pas diminué entre les groupes de 1998 et 2010. Des schémas similaires persistaient lorsque les enfants avaient atteint la cinquième année.

“En fait, les évaluations des compétences interpersonnelles et de la maîtrise de soi des enfants réalisées par les enseignants avaient tendance à être légèrement plus élevées pour les jeunes du groupe de 2010 que pour ceux du groupe de 1998”, a déclaré Downey.

Selon l’étude, même les enfants des deux groupes qui ont été les plus exposés aux écrans ont montré un développement similaire sur le plan des compétences sociales par rapport à ceux avec peu d’exposition aux écrans.

Les chercheurs ont toutefois constaté une exception : les compétences sociales étaient légèrement inférieures pour les enfants qui accédaient aux jeux en ligne et aux sites de réseaux sociaux à plusieurs reprises par jour.

“Mais même pour cela, l’effet était minime”, a précisé Downey. “Dans l’ensemble, nous avons trouvé très peu de preuves que le temps passé sur les écrans nuisait aux compétences sociales de la plupart des enfants.”

Panique morale face aux nouvelles technologies

Downey a déclaré qu’au début, il avait été surpris de constater que le temps passés par les enfants face aux écrans n’affectait pas leurs compétences sociales.

“Mais je n’aurais pas dû l’être. Il existe une tendance chez ma génération à être inquiète au sujet de la génération antérieure. C’est une histoire ancienne”, a-t-il expliqué.

“Ces inquiétudes impliquent souvent une “panique morale” face aux nouvelles technologies. Les adultes sont inquiets lorsque le changement technologique commence à saper les relations traditionnelles, en particulier la relation parent-enfant. L’introduction du téléphone, de l’automobile et de la radio a provoqué une panique morale chez les adultes de l’époque car ces technologies ont permis à la jeune génération de jouir d’une plus grande autonomie. Les craintes concernant la technologie basée sur l’écran représentent probablement la panique la plus récente en réponse au changement technologique.”

Selon Downey, les nouvelles générations apprennent qu’avoir de bonnes relations sociales signifie pouvoir communiquer adéquatement en face-à-face et en ligne.

“Vous devez savoir comment communiquer par e-mail, sur Facebook et Twitter, ainsi qu’en face-à-face. Les futures études devraient par conséquent également prendre en compte les compétences sociales numériques.”