L’avortement au coeur de toutes les sociétés ?

La semaine dernière, l’Islande rompait avec ses traditions. C’est un grand oui qui a résonné lors du référendum qui devait décider du sort de l’avortement pour les femmes. Pendant des décennies, ce pays le refusait aux femmes, même si la grossesse était le résultat d’un viol. En Argentine, le ton sera-t-il le même ? À quelques jours d’un débat au Parlement, des dizaines de milliers de femmes ont manifesté pour réclamer la légalisation de l’avortement. 

Une mobilisation décisive

En Argentine, il reste une semaine avant le vote sur la légalisation de l’avortement. Pour l’instant, celui-ci est uniquement autorisé en cas de viol ou de danger pour la santé de la femme enceinte. Ce pays très catholique reste profondément divisé sur le sujet et le vote des députés s’annonce extrêmement serré. Alors, les pro-avortements multiplient les mobilisations. Lundi 4 juin, des milliers de femmes sont descendues une nouvelle fois dans les rues de Buenos Aires, à l’appel du mouvement féministe Ni Una Menos.

Selon un récent sondage, explique le journal de Buenos Aires, 51 % des personnes interrogées se disent favorables à la dépénalisation de l’avortement, 37 % y demeurent opposées et 12 % ne se prononcent pas.

Malgré un temps peu clément,  les Argentines se sont présentées en masse place du Congrès. « L’avortement, c’est tabou, on n’a pas le droit d’en parler. Dans notre entourage, beaucoup de filles ont pourtant réalisé un avortement, de manière clandestine bien entendu. C’est comme ça qu’on a commencé à se mobiliser. J’estime que c’est notre devoir en tant que femmes ! « , explique une jeune femme.

Des pays très conservateurs

Que ce soit en Argentine ou en Islande, l’Eglise semble prioritaire au mépris du droit des femmes à disposer de leur corps. En effet, ces deux pays interdisaient l’avortement jusqu’à la semaine dernière, du moins pour l’Islande. Pour l’Argentine ? Rien n’est moins certain. Les députés sont attendus au tournant, et dans le lot, beaucoup de conservateurs. Contrairement à l’Islande, en Argentine, une femme peut avorter si elle a été victime de viol ou si sa santé est en danger. Ce dernier argument était valable pour l’Islande.

 

1 thought on “L’avortement au coeur de toutes les sociétés ?”

  1. Pingback: Argentine : quand l’avortement devient légal - Cinquième-pouvoir.fr

Comments are closed.