Algérie : De nouvelles mobilisations contre le 5e mandat de Bouteflika

Ce mardi, de nouvelles mobilisations ont eu lieu en Algérie pour demander le retrait de la candidature du Président Abdelaziz Bouteflika à l’élection présidentielle du 18 avril 2019. Si le Chef de l’Etat algérien était reconduit le mois prochain, ce serait son 5e mandat. Pour l’opposition et la jeunesse, qui n’a connu que lui à la tête du pays, il n’est pas question que cela arrive.

« S’il n’y a pas renoncement à un 5e mandat, la rue ne se taira pas »

Plusieurs manifestations ont lieu ce mardi en Algérie pour demander au Président Abdelaziz Bouteflika de renoncer à son projet de 5e mandat. Pour la jeunesse et l’opposition, ç’en est trop, surtout pour un homme qu’on dit mal en point. Et même si le Chef de l’Etat a promis d’abréger son mandat s’il était réélu et d’organiser des élections anticipées, rien n’y fait, la population ne décolère pas.

A Alger ce mardi, plusieurs étudiants sont descendus dans la rue pour crier leur ras-le-bol. Les manifestations ont eu lieu dans le centre-ville, principalement à la place Audin et à la rue Didouche Mourad, sous l’œil vigilant des policiers de la brigade anti-émeute, massivement déployés. La capitale algérienne n’est pas le seul théâtre de la mobilisation contre le 5e mandat de Bouteflika. Il y a aussi Constantine, Annaba et Tizi Ouzou, où des milliers d’étudiants ont été rejoints par les enseignants. Cette contestation, de plus en plus importante, fait dire à Ali Benflis, l’ancien Premier ministre algérien, que « S’il n’y a pas un renoncement à la candidature à un cinquième mandat, qui est une candidature à la fois imaginaire et surréaliste », la rue ne « se taira pas ».

Bouteflika se porterait bien à Genève

Alors que tout le pays est ébranlé par des manifestations contre sa candidature, le Président algérien Abdelaziz Bouteflika se trouve à Genève (Suisse) où il est hospitalisé depuis quelques jours. Selon son entourage, il se porterait très bien, contrairement aux rumeurs qui circulent au pays. Ali Benflis le confirme, lui qui affirme que Bouteflika « a toute la tête de ses 20 ans ».

C’est le dimanche 3 mars 2019 que le président algérien a rendu public sa décision de se représenter pour un 5e mandat. Sa lettre a été lue en direct par Nadia Madassi, qui présente le JT de 19 heures de Canal Algérie depuis 15 ans. Après avoir délivré la lettre du Président à son peuple, la présentatrice a aussitôt démissionné. « On lui a remis à la dernière minute le message du président Bouteflika, ce qui l’a mise mal à l’aise », a expliqué un journaliste algérien. Nadia Madassi aurait signifié que la lettre de Bouteflika est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase car, estime-t-elle, désormais ce sont les dirigeants qui dictent la ligne éditoriale de la chaîne publique.