Votre site de rencontres favori n’est pas aussi privé que vous le pensez

Votre site de rencontres favori n’est pas aussi privé que vous le pensez

13/02/2020 Non Par Arnaud Lefebvre

Qu’il s’agisse de OkCupid, Match.com ou encore Tinder, le site de rencontres que vous avez l’habitude de consulter n’est pas aussi privé que l’on pourrait l’imaginer. Facebook, Google et une kyrielle d’autres sociétés, actives dans le domaine de la publicité et par conséquent intéressées par le suivi de vos activités en ligne, tracent également vos visites sur les sites de rencontres car cela les aide à cibler les annonces publicitaires et à déterminer les habitudes des consommateurs, écrit Rebecca Heilweil sur Vox.

“Cela ne devrait pas nous étonner”, précise la journaliste. “Si ces plates-formes ne facturent généralement pas leurs services, c’est parce que leur modèle commercial repose sur leur capacité à collecter les données des utilisateurs.”

Omniprésence des traqueurs publicitaires

Bien entendu, certaines entreprises tracent davantage les consommateurs que certains sites de rencontres. Cependant, la société Ghostery, conceptrice d’une extension qui bloque les traqueurs de données, a étudié 8 sites de rencontres populaires, y compris Match et OkCupid, et a constaté que les traqueurs de Facebook et Google sont omniprésents sur chacune de ces plates-formes.

Nombre de ces traqueurs aident les entreprises à produire des analyses et ainsi à cibler leurs publicités. Cela leur offre en outre la possibilité de comprendre qui vous êtes et quels sont vos préférences amoureuses.

“Sur base de l’URL, le site de rencontres peut commencer à créer des listes relativement spécifiques parmi ses utilisateurs pour vous cibler sur Facebook”, explique Jeremy Tillman, CEO de Ghostery. “Le site de rencontres n’utilise pas simplement les informations que l’utilisateur a générées sur sa plate-forme, tous les autres sites visités disposant du même traqueur que Facebook, soit 30% des sites du Web, s’ajoutent à votre profil d’intérêt.”

Selon Ghostery, Match.com compte le plus grand nombre de traqueurs, soit 36 traqueurs, suivi par OkCupid. Badoo, le réseau social de rencontres n’en possède que 9 dont des traqueurs de Google, Twitter et Facebook.

Ghostery a limité ses conclusions aux sites Web.

Données sensibles

“Google ne crée pas de profils publicitaires à partir de données sensibles telles que les intérêts sexuels ou les convictions religieuses d’un utilisateur. Google dispose de politiques strictes interdisant aux annonceurs d’utiliser ces données pour cibler les annonces”, a déclaré un porte-parole de Google envoyée au site Recode. “Les cookies tiers ont une variété d’utilisation, allant de l’activation de fonctions de base du site telles que le traitement des paiements et l’intégration de lecteurs vidéo pour diffuser et mesurer la publicité.”

Facebook s’est pour sa part refusé à tout commentaire.

“Les sociétés Match Group utilisent des cookies pour fournir, sécuriser et améliorer leurs services, pour mesurer les performances et l’utilisation du site et pour adapter les annonces aux intérêts des utilisateurs. Nous ne vendons pas de données utilisateur”, a déclaré un responsable de Match Group, groupe qui possède Match, Tinder, OkCupid, Our Time, Plenty of Fish et de nombreux autres services de rencontres. “Contrairement à d’autres entreprises technologiques dont les modèles commerciaux reposent sur la vente de données personnelles, notre modèle commercial se base sur un abonnement qui dépend de la confiance et de l’expérience des utilisateurs, et non de la vente d’informations. »

Il est en effet possible de souscrire à un abonnement pour certains services de Match, mais il est également possible d’utiliser gratuitement des services tels que Tinder et Plenty of Fish.

Vie privée

Selon Tilman, de nombreux traqueurs dont sont pourvus les sites de rencontres sont similaires à ceux d’une plate-forme de commerce électronique. Plusieurs de ces traqueurs découverts par Ghostery ne proviennent pas des sociétés les plus réputées. Parmi ceux-ci, on trouve des traqueurs tels que Advertising.com ou AppNexus.

“Il est difficile de savoir quelles informations collectent ces traqueurs de données. Alors que certains d’entre eux peuvent s’intéresser aux URL visités par l’utilisateur, d’autres pourraient potentiellement collecter des informations plus sensibles comme votre sexe, votre orientation sexuelle ou vos préférences de rencontres”, indique Tilman. “Tout ce que vos yeux peuvent lire – ce que vous pouvez copier et coller – un traqueur peut le copier et coller dans un cookie. Facebook et Google disent qu’ils collectent simplement les pages que vous visitez. Mais si vous le vouliez, vous pourriez facilement extraire le nom de votre profil, ou même les profils des noms des personnes dont vous visitez le compte.”

“Tout le monde doit peser le compromis entre vie privée et l’avantage de mettre ces données à la disposition d’entreprises”, conclut-il.