La crise de la biodiversité s’accélère

La crise de la biodiversité s’accélère

04/06/2020 Non Par Arnaud Lefebvre

Nous sommes en train d’assister à une accélération de la sixième extinction de masse de la faune, met en garde une étude publiée récemment dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, citée par le quotidien britannique The Guardian.

Les chercheurs ont mené une analyse auprès d’un peu plus de 500 espèces au bord de l’extinction. Il se pourrait que nous nous trouvions à un point de basculement en ce qui concerne l’effrondrement de notre civilisation.

515 espèces risquent de disparaître d’ici 20 ans

Selon les scientifiques, 515 espèces de vertébrés terrestres sont menacées de disparition d’ici 20 ans. A titre de comparaison, le même nombre de vertébrés terrestres a disparu durant le siècle dernier. Sans la destruction humaine de la nature, ce taux de perte de population aurait pris des milliers d’années, avertissent les scientifiques.

Les vertébrés terrestres au bord de l’extinction incluent moins de 1.000 individus parmi lesquels on retrouve le rhinocéros de Sumatra, le troglodyte de Clarion, la tortue géante des Îles Galapagos et la grenouille arlequin. Des données historiques étaient disponibles pour 77 des espèces. Les scientifiques ont constaté que ces espèces avaient perdu 94% de leurs populations.

Les chercheurs ont également mis en garde contre un effet domino. En effet, la perte d’une espèce fait basculer les autres qui en dépendent vers l’extinction.

“L’extinction engendre des extinctions”, ont-ils déclaré, faisant valoir que, contrairement à d’autres problèmes environnementaux, l’extinction est irréversible.

L’humanité dépend de la biodiversité

L’humanité dépend de la biodiversité pour sa santé et son bien-être. La pandémie de coronavirus est le dernier exemple en date des risques encourus lorsque l’humain ravage le monde naturel, précise l’étude.

L’augmentation de la population humaine, la destruction des habitats, le commerce des espèces sauvages, la pollution et la crise climatique sont des problèmes auxquels il faut s’attaquer de toute urgence, ont indiqué les scientifiques.

“Lorsque l’humanité extermine d’autres créatures, elle scie le membre grâce auquel elle est assise, en détruisant des parties actives de notre propre système de survie”, a déclaré le professeur Paul Ehrlich, de l’Université de Stanford aux États-Unis, membre de l’équipe de recherche. “La conservation des espèces menacées d’extinction devrait être érigée en urgence mondiale par les gouvernements et les institutions, à la hauteur des perturbations climatiques auxquelles elle est liée.”

“Nous sommes confrontés à notre dernière opportunité de veiller à ce que les nombreux services que la nature nous offre ne soient pas irrémédiablement sabotés”, a déclaré le professeur Gerardo Ceballos de l’Université nationale autonome du Mexique, le directeur de la recherche.

Urgence

“Cette recherche fournit une autre preuve que la crise de la biodiversité s’accélère. Le problème le plus difficile auquel les chercheurs ont été confrontés est que nous n’en savons pas plus sur l’histoire de la répartition géographique des espèces. Ils ne disposaient de cette information que pour 77 des espèces au bord du gouffre, et nous ne pouvons pas savoir avec certitude à quel point ces espèces sont typiques”, a déclaré le professeur Andy Purvis, responsable du Natural History Museum de Londres.

“Mais cela ne remet pas en cause la conclusion. La crise de la biodiversité est réelle et urgente. Mais – et c’est le point crucial – il n’est pas trop tard. Pour passer à un monde durable, nous devons avancer plus légèrement sur la planète. En attendant, nous privons essentiellement les générations futures de leur héritage.”

“Cette nouvelle analyse met à nouveau en évidence certains faits surprenants sur la mesure dans laquelle les populations de vertébrés ont été réduites dans le monde entier par les activités humaines”, a indiqué le professeur Georgina Mace, de l’University College London.

“L’action est importante pour de nombreuses raisons, notamment parce que nous dépendons directement et indirectement du reste de la vie sur Terre pour notre propre santé et notre bien-être. La perturbation de la nature entraîne des effets coûteux et souvent difficiles à inverser. Le Covid-19 est un exemple extrême, mais il y en a beaucoup plus.”

“Les chiffres de cette recherche sont choquants. Cependant, il y a encore de l’espoir. Si nous arrêtons l’accaparement des terres et la déforestation dévastatrice dans des pays comme le Brésil, nous pouvons commencer à plier la courbe de la perte de biodiversité et du changement climatique. Mais nous avons besoin d’une ambition mondiale pour y parvenir”, a encore souligné Mark Wright, directeur des sciences au WWF.

Modification de nos systèmes alimentaires

Lors d’une conférence en ligne organisée en début de semaine par l’ONG Compassion World Farming, l‘éminente naturaliste britannique, éthologue et anthropologue Jane Goodall a déclaré que l’humanité serait “finie” si l’homme ne modifiait pas ses systèmes alimentaires en réponse à la pandémie de coronavirus et à la crise climatique.

Elle a blâmé l’émergence de Covid-19, la surexploitation du monde naturel, la destruction des forêts, l’extinction des espèces et la disparition des habitats naturels. Il existe un large consensus selon lequel le coronavirus serait passé de l’animal à l’homme à la fin de l’année dernière.

“L’agriculture intensive crée également un réservoir de maladies animales qui déborderait et nuirait à la société humaine”, a déclaré Goodall, l’un des plus grands experts mondiaux sur les chimpanzés et militante de longue date en faveur de la conservation.

“Nous avons provoqué cela à cause de notre manque de respect absolu pour les animaux et l’environnement”, a-t-elle déclaré. “Notre manque de respect pour les animaux sauvages et notre manque de respect pour les animaux d’élevage a créé cette situation où la maladie peut déborder pour infecter les êtres humains.”

Selon elle, le monde doit délaisser l’agriculture industrielle et cesser d’urgence de détruire les habitats naturels, en raison de la menace de maladies et de la dégradation du climat. L’élevage industriel est lié à la montée des super-bactéries résistantes aux antibiotiques, qui menacent la santé humaine.

“Si nous ne faisons pas les choses différemment, nous sommes finis”, a-t-elle déclaré. “Nous ne pouvons pas continuer beaucoup plus longtemps comme ça. “Nous devons cesser d’acheter les produits des entreprises qui utilisent l’agriculture industrielle et exploitent la nature.”

“Nous avons atteint un tournant dans notre relation avec le monde naturel”, a-t-elle averti, affirmant qu’il n’y avait qu’une petite fenêtre d’opportunité pour effectuer des changements radicaux avant de faire face à une catastrophe. “L’une des leçons tirées de cette crise sanitaire est que nous devons changer nos habitudes. Les scientifiques indiquent que pour éviter de futures crises, nous devons changer radicalement notre alimentation et passer à des aliments riches en plantes. Pour le bien des animaux, de la planète et de la santé de nos enfants.”

Liens entre l’agriculture intensive et les épidémies

Les liens de l’agriculture intensive avec les épidémies ont été examinés par le réseau mondial durable d’investisseurs FAIRR dans un nouveau rapport. Selon celui-ci, plus de 70% des plus grands producteurs de viande, de poisson et de produits laitiers risquent de favoriser de futures pandémies zoonotiques en raison de normes de sécurité laxistes, du confinement étroit des animaux et de la sur-utilisation d’antibiotiques.

Aux États-Unis, la pression exercée sur les sociétés de transformation de la viande a été mise à rude épreuve. La propagation de Covid-19 a entraîné des fermetures d’usines et des perturbations de la chaîne d’approvisionnement. À plus long terme, selon FAIRR, la chaîne d’approvisionnement de la viande est susceptible d’être soumise à des pressions supplémentaires en raison d’un examen et d’une réglementation accrus nécessaires pour améliorer la biosécurité.

“L’agriculture industrielle est à la fois vulnérable aux pandémies et coupable de les créer. C’est un cycle d’auto-sabotage qui détruit la valeur et met des vies en danger. Pour éviter de provoquer la prochaine pandémie, l’industrie de la viande doit s’attaquer aux normes de sécurité laxistes pour les aliments et les travailleurs, au fait que les animaux sont étroitement confinés et à la sur-utilisation d’antibiotiques”, a déclaré Jeremy Coller, fondateur de FAIRR et CIO de Coller Capital.