Nigeria : une unité de police dissoute après une forte mobilisation sur les réseaux sociaux

Nigeria : une unité de police dissoute après une forte mobilisation sur les réseaux sociaux

13/10/2020 0 Par Tim Rimbert

 

Au Nigeria, une unité de police a été dissoute par le gouvernement fédéral, sous la pression des jeunes et des artistes. Ces derniers ont lancé une forte mobilisation sur les réseaux sociaux et dans les rues des plus grandes villes du pays.

Les autorités nigérianes ont annoncé la dissolution d’une unité de police controversée, dimanche 11 octobre, après une semaine de forte mobilisation de la jeunesse et des artistes, notamment sur les réseaux sociaux. « La Brigade spéciale de répression des vols (SARS) a été dissoute avec effet immédiat », a fait savoir la présidence sur son compte Twitter. Baptisée SARS (Special Anti-Robbery Squad), cette brigade anti-vols est accusée de répression violente, d’extorsion de la population, d’arrestations illégales, de torture et même de meurtre.

Wizkid et Burna Boy aux côtés des jeunes nigérians

Des agents présumés de la SARS aurait tué un homme à Ughelli, dans l’Etat du Delta (sud), la semaine dernière. Cet incident a suscité la colère des jeunes nigérians, qui ont créé le mouvement #EndSARSnow sur les réseaux sociaux afin d’exiger la dissolution de cette unité. La contestation a ensuite occupé les rues de plusieurs villes du Nigeria, dont Lagos et Abuja. Très vite, les jeunes ont été rejoints par des célébrités nationales, dont les chanteurs Runtown et Falz, qui ont appelé leurs fans à grossir les rangs des manifestants. Pour sa part, la star de l’afropop Burna Boy (5,7 millions d’abonnés sur Instagram) a acheté de gigantesques espaces publicitaires pour y afficher le slogan #EndSARSNow à travers tout le Nigeria.

« Votre voix a été entendue »

Quant à l’autre super star du Nigeria, Wizkid, il a pris part à une manifestation à Londres, où se trouve une importante communauté nigériane. Suite à l’annonce de la dissolution de la SARS, l’artiste de 30 ans a lancé sur la toile : « Nous avons gagné ! ». Puis d’ajouter : « Votre voix a été entendue, c’est un nouveau Nigeria, nous n’avons pas peur de parler ». Par ailleurs, le mouvement #EndSARSNow a enregistré le soutien des footballeurs allemand Ozil, nigérian Ndidi ou encore anglais Rashford et Tammy Abraham, d’origine nigériane.

Le combat doit continuer

Après cette victoire de la jeunesse sur la violence policière, Manon Fouriscot, cofondatrice d’Afriques connectées, un organisme panafricain d’analyse des réseaux sociaux, a salué  « une utilisation rapide et massive des réseaux sociaux, une mobilisation active des stars nationales et un passage d’une mobilisation en ligne à une mobilisation dans la rue ». Selon elle, cela constitue un « cas d’école » sur le continent africain. Mais, le combat doit continuer car il faudra une refonte totale de la police nationale. « L’annonce de cette dissolution n’est pas suffisante pour avoir la garantie […] que tous les agents de police, de la SARS et des autres unités, soient condamnés s’ils commettent des abus », a estimé Osai Ojigho, directeur d’Amnesty International au Nigeria.