Les BRICS misent sur l’énergie nucléaire

A l’occasion du 7ème forum international sur l’énergie nucléaire qui se déroulait début juin à Moscou, les représentants du secteur nucléaire ont souligné l’importance de l’énergie nucléaire pour accompagner le développement économique des pays émergents, BRICS en tête (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud).

Atomexpo est l’une des rencontres internationales les plus importantes pour l’énergie nucléaire civile. Alors que l’intérêt pour l’énergie nucléaire est en constante augmentation dans le monde, l’organisation de ce forum a pour objectif de renforcer la coopération internationale dans un domaine où elle particulièrement nécessaire du fait de l’expertise technique et des investissements requis pour la construction de réacteurs nucléaires.

Les participants au forum se sont rejoints sur le rôle que doit jouer la production d’électricité d’origine nucléaire pour supporter les besoins en énergie des pays émergents, qui augmentent proportionnellement à la croissance de leurs économies. Outre les préoccupations d’ordre environnementales, ce sont surtout les bas coûts et la fiabilité de l’énergie nucléaire pour assurer l’approvisionnement en électricité qui ont été mis en avant par les autorités présentes sur le forum.

Ainsi, la part de l’énergie nucléaire dans le mix énergétique des pays émergents va probablement fortement augmenter dans les prochaines décennies. Aujourd’hui, sur les 358 réacteurs opérationnels dans le monde, 86 se trouvent dans les BRICS, mais déjà 40 supplémentaires sont en cours de construction.

Egalement présents aux forums, Henri Proglio, l’ancien directeur de EDF, et Philippe Knoche, actuel directeur d’Areva, ont pu illustrer l’importance de l’énergie nucléaire pour le développement économique en rappelant que 250 000 emplois sont directement liés à l’industrie nucléaire en France, et environ 400 000 autres emplois sont créés par des entreprises dont la compétitivité reposent sur l’accès à une source d’énergie peu chère et sûre.

Enfin, Agneta Rising, directrice générale de l’Association Nucléaire Mondiale (ANM), a regretté que la croissance de l’énergie nucléaire dans le monde est encore insuffisante pour répondre à la fois à la demande dans les pays émergents, et à la nécessité de réduire la part des énergies fossiles dans la production d’électricité pour lutter contre le changement climatique.