Tunisie : vers une nouvelle révolution ?

Le climat social est de plus en plus tendu en Tunisie, où les manifestations populaires contre la hausse des prix et la rigueur budgétaire prennent une ampleur considérable.

La semaine dernière, la grogne populaire a commencé à se faire sentir, avec des manifestations de petite taille, improvisées dans de nombreux quartiers de la capitale.

Ces mouvements sociaux sont liés à l’entrée en vigueur, au premier janvier 2018, de la hausse des prix dans ce pays pourtant magnifique, assortie d’une politique de rigueur budgétaire qui prévoit notamment des hausses d’impôts.

Depuis que les premiers mouvements ont éclaté, le pouvoir n’a répondu que par la coercition aux inquiétudes de son peuple. Plusieurs centaines de manifestants ont ainsi été arrêtes par les forces de police et des dizaines de blessés dans les échauffourés sont à déplorer. Le gouvernement a annoncé qu’il ne reculerait pas face à la rue.

Une prise de position radicale et sans écoute qui rappelle celle de Ben Ali, qui avait été chassé du pouvoir de ce pays par le printemps arabe et les mouvements citoyens tunisiens…

Le ministère de l’intérieur a, de son côté, déploré 49 policiers blessés par les manifestants, selon son prote parole,  Khlifa Chibani.

Petit à petit, depuis la semaine dernières, le nuits s’agitent un peu partout sur le territoire tunisien et en région. Le pays va-t-il bientôt s’embraser ?