L’anthropause, cette période de l’humanité en pause

L’anthropause, cette période de l’humanité en pause

29/06/2020 0 Par Arnaud Lefebvre

La pandémie actuelle n’affecte pas seulement les êtres humains. Cette période a également des conséquences sur la faune. Alors que le monde se confine à nouveau pour éviter une nouvelle propagation du coronavirus, on remarque soudainement beaucoup moins de voitures sur les routes, un nombre restreint d’avions dans le ciel ainsi qu’une diminution de la présence de navires en mer. Et cette situation de mobilité réduite n’échappe pas aux animaux qui n’hésitent pas à s’aventurer dans les zones urbaines. 

Plusieurs chercheurs européens ont constaté que la réduction de l’activité humaine sur terre et sur mer lors des confinements suite au coronavirus a été sans précédent dans l’histoire récente. Les effets ont été drastiques, soudains et généralisés, indiquent-ils. Par conséquent, ils ont décidé d’étudier cette période qu’ils nomment « anthropause », terme créé pour désigner la période de verouillage induite par le covid-19 et son impact sur d’autres espèces.

Les scientifiques pensent que l’étude de cette période fournira des informations précieuses sur la relation homme-faune au 21éme siècle. Ils ont publié leur étude dans la revue Nature Ecology and Evolution.

Anthropause

Les restrictions sans précédent imposées à des millions de personnes dans le monde, principalement en raison de restrictions de voyage, ont conduit à des constats de comportement animal inhabituel. Par exemple, des pumas ont été aperçus récemment à Santiago du Chili, des chacals dans les parcs de Tel Aviv en Israël, des dauphins dans les eaux italiennes et même des singes dans les rues de Thaïlande.

Les chercheurs ont suggéré que la période de lockdown, également nommée « The Great Pause », soit désignée par un terme plus précis.

« Nous proposons d’utiliser « anthropause » pour se référer spécifiquement à un ralentissement mondial considérable des activités humaines modernes », ont-ils déclaré.

Selon eux, la communauté scientifique peut utiliser ces « circonstances extraordinaires » consécutives aux blocages mondiaux pour comprendre comment l’activité humaine affecte la faune. Ils soutiennent qu’en raison du verrouillage, la nature semble avoir changé, en particulier au sein des milieux urbains. Non seulement il y a actuellement plus d’animaux dans ces environnements, mais également quelques « visiteurs inattendus ».

Impact humain sur le monde animal

« Une mobilité humaine réduite pendant la pandémie révélera des aspects critiques de notre impact sur les animaux, fournissant des indications importantes sur la meilleure façon de partager l’espace sur cette planète surpeuplée », ont déclaré les chercheurs.

« Nous décrivons les mesures urgentes que les différents groupes de parties prenantes doivent prendre pour s’assurer que cette opportunité ne soit pas ratée, et introduisons des initiatives de recherche collaborative mondiale pour faciliter la coordination. Les connaissances scientifiques acquises au cours de cette crise dévastatrice nous permettront de développer des stratégies innovantes pour partager l’espace sur cette planète de plus en plus peuplée, avec des avantages pour la faune et les humains. »

Selon les chercheurs, alors que l’expansion des populations humaines continue de transformer leur environnement à des « taux sans précédent », étudier la manière dont les comportements humains et animaux sont liés peut aider à fournir des informations utiles pour préserver la biodiversité mondiale, maintenir l’intégrité des écosystèmes et prédire les zoonoses et changements environnementaux globaux.

Etude sans précédent

L’impact de la pandémie sur le monde animal n’est pas toujours évident ou prévisible. Alors que les blocages actuels dans le monde ont laissé certains animaux prospérer en paix, ces périodes de verrouillage font en sorte que d’autres espèces sont plus en danger qu’auparavant.

Par exemple, les espèces en voie de disparition sont davantage victimes de braconnage pendant cette période, car les difficultés économiques frappent certaines régions plus que d’autres et l’exploitation des ressources naturelles augmente.

Selon l’équipe de chercheurs, il s’agit du moment idéal pour approfondir la connaissance de ces interactions complexes.

« Il est primordial que les biologistes de terrain continuent de collecter des données même pendant les blocages, tant que les précautions appropriées sont prises et que le financement n’est pas détourné des travaux de première ligne sur le virus. »

Pour l’un des co-auteurs, le biologiste comportemental Matthias-Claudio Loretto de l’Institut Max Planck en Allemagne, avec de telles données inestimables à notre actif, nous serons en mesure « de déterminer si les mouvements d’animaux dans les paysages modernes sont principalement affectés par les structures bâties ou par la présence humaine. »

La recherche actuelle n’a pas été en mesure de distinguer ces deux facteurs, et les circonstances actuelles sont idéales pour une observation plus approfondie.

Suivi électronique de la faune

Les chercheurs appellent à une nouvelle initiative de bio-exploitation COVID-19 pour mettre en commun les ressources et l’expertise sur les poissons, les oiseaux et les mammifères du monde entier. Ils ont déjà reçu plus de 200 ensembles de données, a indiqué Francesca Cagnacci, chercheuse principale à la Fondation Edmund Mach en Italie.

Le plan consiste à utiliser des dispositifs de suivi électronique attachés aux animaux, appelés « bio-enregistreurs », pour enregistrer leurs mouvements, leur comportement, leur activité, leur physiologie et leurs habitats, pendant cette période sans précédent. Une initiative supplémentaire intégrera les données d’une gamme de programmes de surveillance des espèces pour évaluer les impacts de la mobilité et des activités humaines.

« Partout dans le monde, les biologistes de terrain ont équipé les animaux de dispositifs de repérage miniatures », explique le biologiste Christian Rutz de l’Université de St Andrews, au Royaume-Uni.

« Ces bio-enregistreurs fournissent une mine d’or d’informations sur le mouvement et le comportement des animaux, que nous pouvons maintenant exploiter pour améliorer notre compréhension des interactions homme-faune, avec des avantages pour tous. »

Il s’agit sans aucun doute d’une période tragique pour les humains, mais les chercheurs espèrent que les connaissances scientifiques qu’ils pourront acquérir au cours de cette crise aideront à faire face à la prochaine, réduisant ainsi les souffrances humaines et animales à l’avenir.

« Personne ne demande que les humains restent à l’arrêt de manière permanente », explique le comportementaliste animalier Martin Wikelski du Max Planck Institute.

« Mais nous pouvons découvrir que des changements relativement mineurs dans nos modes de vie et nos réseaux de transport peuvent potentiellement avoir des avantages significatifs pour les écosystèmes et les humains. »

Le niveau réduit de mouvements humains que nous connaissons actuellement ne nous ramène que quelques décennies en arrière. Alors que beaucoup de choses ont changé au cours de ces années, réfléchir à ce changement et apporter de petites modifications à nos modes de vie modernes pourraient avoir des avantages considérables.

Des changements mineurs à nos réseaux de transport, par exemple, peuvent réduire considérablement les effets perturbateurs sur le mouvement des animaux.

Selon les scientifiques, la recherche coordonnée sur la faune mondiale pendant l’anthropause apportera des contributions qui vont bien au-delà de l’information scientifique sur la conservation. Elle mettra au défi l’humanité de reconsidérer son avenir sur Terre. Elle permettra d’aboutir à des opportunités imprévues de réinventer notre façon de vivre et de forger une coexistence mutuellement bénéfique avec d’autres espèces.

« Ce serait merveilleux si une recherche minutieuse pendant cette période de crise nous aidait à trouver des moyens innovants de maîtriser nos modes de vie de plus en plus expansifs, de redécouvrir l’importance d’un environnement sain pour notre propre bien-être et de remplacer le sentiment de possession par un sentiment d’appartenance », concluent les scientifiques.