La Nobel de la Paix 2021 : « Les réseaux sociaux créent un virus de mensonges »

La Nobel de la Paix 2021 : « Les réseaux sociaux créent un virus de mensonges »

25/11/2021 0 Par Arnaud Lefebvre

Les réseaux sociaux sont remplis de partis-pris et créent un virus de mensonges qui menace toutes les démocraties dans le monde, a récemment déclaré la journaliste philippino-américaine Maria Ressa, lauréate du Prix Nobel de la Paix 2021.

Réseaux sociaux et manipulation algorithmique des esprits

« Les plateformes de médias sociaux manipulent insidieusement nos esprits, créent des réalités alternatives et nous empêchent de penser lentement », estime Maria Ressa.

Selon Ressa, le monde est menacé par une bombe atomique en ligne invisible. Il s’agit de l’une des thématiques de son livre How To Stand Up to a Dictator, ouvrage dont la publication est prévue en avril 2022 aux Etats-Unis et en 2023 en France.

Dans ce livre, elle compare notre écosystème d’information à la Seconde Guerre mondiale.

« J’utilise cette analogie tout le temps, parce que je dis toujours que notre écosystème d’information, c’est comme si une bombe atomique avait explosé », déclarait-elle il y a peu dans le journal indien de langue anglaise The Hindu.

« Après la Seconde Guerre mondiale, nous ne voulions pas de la troisième guerre mondiale et des bombes atomiques. Mais c’est pourtant ce qui a déjà eu lieu dans notre écosystème d’information qui manipule nos esprits. »

« Il manipule notre biologie. En tant qu’êtres humains, nous avons beaucoup plus en commun que nous ne le pensons.  Les plateformes utilisent une manipulation algorithmique pour changer ce que nous pensons, pour changer ce que nous ressentons. Selon un biologiste du comportement, notre plus grande crise vient des « émotions paléolithiques, des institutions médiévales et de la technologie divine ». La technologie est semblable à Dieu parce que les médias sociaux sont devenus un système de modification du comportement. Et avec un manque de responsabilité et le potentiel de gagner des sommes importantes, il s’agit d’un modèle commercial qui prend nos données et les utilise pour nous manipuler. »

Les Big Tech n’ont pas démocratisé la liberté d’expression

Ressa a en outre accusé les sociétés de médias sociaux d’avoir employé abusivement des arguments concernant la liberté d’expression.

« Il s’agit principalement d’une question de liberté d’accès et pas d’un problème de liberté d’expression. Il y a quelque chose qui, fondamentalement, ne va pas avec notre écosystème d’information. Parce que les plateformes qui livrent les faits sont en fait biaisées contre les faits », précise la journaliste.

Ressa estime que les grandes entreprises technologiques sont un agent de l’autoritarisme et non un agent du droit de savoir du peuple.

« En 2011, le printemps arabe est devenu un hiver arabe. Au début, les médias sociaux prenaient leurs responsabilités. Mais ensuite, les gouvernements ont réalisé qu’ils pouvaient exploiter ces faiblesses du micro-ciblage, ces faiblesses du marketing, et les gouvernements ont commencé à manipuler ces outils. Selon Mark Zuckerberg, il s’agit d’un problème de liberté d’expression. Je pense qu’il s’agit en fait d’un problème de « liberté d’accès » ».

« Nous parlons d’amplification algorithmique, de distribution algorithmique. Des études ont maintenant montré que les mensonges mêlés de colère peuvent se propager plus rapidement et plus loin que les faits. Si les plateformes de médias sociaux sont biaisées contre les faits, alors elles sont biaisées contre le journalisme qui recherche des faits. Et cette contestation conduit à une société divisée. »

Régulation des réseaux sociaux

Pour Ressa, face à ce phénomène, le monde doit prendre des mesures radicales pour protéger nos démocraties, comme cela a déjà été le cas à d’autres moments clés de l’histoire.

« C’est la conception des plateformes et les algorithmes qu’elles utilisent pour promouvoir le contenu qui a besoin d’une refonte », estime la journaliste.

En guise de réponse à Ressa, le vice-président senior des affaires mondiales de Google, Kent Walker, a expliqué que la transparence des algorithmes était quelque chose de compliqué à cause de leur fréquence de modification pour empêcher toute exploitation du système.

Il a expliqué que Google avait apporté 2.500, 3.000 changements à ces algorithmes l’année dernière. Selon Walker, la transparence a un rôle à jouer, mais cette question doit faire l’objet d’une réflexion.

« Est-ce avec des examinateurs gouvernementaux de confiance ou y a-t-il d’autres moyens d’empêcher les mauvais acteurs d’être réellement en mesure de réduire la qualité des résultats de recherche que vous obtenez, par exemple ? Il s’agit d’un domaine compliqué », a-t-il déclaré.

Ressa a encore déclaré que la décision de lui attribuer un prix Nobel montrait l’ampleur de la crise à laquelle sont confrontés le journalisme et l’information. « La dernière fois qu’un journaliste a reçu ce prix, c’était en 1936. Et il n’a pas pu aller chercher le prix car il croupissait dans un camp de concentration nazi ».

Ressa se référait à Carl von Ossietzky, un journaliste, écrivain et intellectuel pacifiste allemand, auquel fut octroyé le Prix Nobel de la paix en 1935.